Tài liệu LE TOURISME RELIGIEUX DANS LES CIRCUITS DE VOYAGE AU VIETNAM ÉTUDE DE CAS LE PÈLERINAGE DES BOUDDHISTES VIETNAMIENS

  • Số trang: 60 |
  • Loại file: PDF |
  • Lượt xem: 67 |
  • Lượt tải: 0
nhattuvisu

Tham gia: 29/07/2015

Mô tả:

UNIVERSITÉ DE PÉDAGOGIE DE HO CHI MINH VILLE DÉPARTEMENT DE FRANÇAIS FILIÈRE DE TOURISME  MÉMOIRE DE FIN D’ÉTUDES UNIVERSITAIRES LE TOURISME RELIGIEUX DANS LES CIRCUITS DE VOYAGE AU VIETNAM ÉTUDE DE CAS : LE PÈLERINAGE DES BOUDDHISTES VIETNAMIENS Réalisé par TRƯƠNG HÒA HOÀI PHƯƠNG Sous la direction de Madame NGUYỄN THỊ BÌNH MINH MAI 2013 1 REMERCIEMENTS Au terme de ce mémoire de fin d’études, je voudrais exprimer mes remerciements et ma profonde gratitude : À mon directeur de recherche, Madame NGUYỄN Thị Bình Minh, pour son dévouement, sa tolérance, ses précieux conseils, sa patience ainsi que ses encouragements qui m’ont aidée à surmonter des moments difficiles. À tous mes professeurs du Département de Français de l’Université de Pédagogie de Ho Chi Minh ville pour leurs stimulations tout au long de mes années d’études. À mes parents pour leur soutien moral et leurs conseils nécessaires. À tous mes amis pour leurs encouragements. À mes voisins pour leur aide à la réponse du questionnaire. 1 SOMMAIRE REMERCIEMENTS…………………………………………………………...1 A. INTRODUCTION……...……………………………………………3 I. Domaine de recherche………………………………..................4 II. Motivations de recherche……………………............................4 III. Problématique…………………………………………………....5 IV. Hypothèse de recherche………………………….......................5 V. Structure du travail………………………………......................5 B. CADRE THÉORIQUE…………………………………………......6 C. ANALYSE DU CORPUS…………………………………………21 I. II. Constitution du corpus……..........................................................21 III. Analyse du corpus……………………………………………26 IV. D. Méthodologie de recherche……………………..........................20 Conclusion……………………………………………….............30 CONCLUSION……………………………………………………….32 I. Perspectives de recherche……………………………………....33 II. Conclusion générale…………………………………………....34 BIBLIOGRAPHIE…………………………………………35 TABLE DES MATIÈRES……………………………………….37 ANNEXES……………………………………………………………39 2 A. INTRODUCTION 3 I. Domaine de recherche : Le Vietnam est un pays pluriculturel et il possède beaucoup de différentes religions et de croyances, comme le Bouddhisme, L’Islamisme, le Christianisme, le Protestantisme….Parmi ces religions, les bouddhistes occupent la majorité de la population. La richesse des religions résulte de l’introduction de la culture des autres pays pendant le processus de l’histoire du peuple. Les Vietnamiens préféreraient aller à la pagode, à l’église, au temple,… pour faire des prières. Avec cette situation, le tourisme se développe et en profite pour organiser des tours de pèlerinage ou des retours aux sources. Cette activité touristique s’accroît de plus en plus et elle attire une grande quantité de pèlerins résidents à l’intérieure et à l’extérieure du pays. Ceux-ci fréquentent souvent aux lieux de culte religieux ou de croyance folklorique, surtout aux jours de fête religieuse ou aux jours du début ou de la moitié du mois lunaire. La plupart de ces pèlerins sont des touristes bouddhistes qui se sont inscrits aux tours touristiques ou bien qui forment des groupes de pèlerinage pour aller aux lieux de culte. II. Motivation de recherche : Dans ce mémoire de fin d’études, nous proposons des analyses sur les corpus que nous avons constitués auprès des pèlerins à Ho Chi Minh ville afin de comprendre leur opinion dans la visite des lieux de culte. Nous faisons des recherches sur les documents dans le domaine de religion. Nous visitons les pagodes, les temples, les maisons communales à Ho Chi Minh ville pour concevoir les connaissances générales sur des lieux de culte. Puis nous observons des activités de culte des pèlerins et finalement nous comprenons leur sentiment et leur souhait sur la croyance dans la vie des Vietnamiens. 4 III. Problématique : Nous connaissons beaucoup de lieux de culte qui influencent profondément la vie des gens en consultant les livres, les documents dans les médias avec l’intention de comment faire pour attirer les touristes pèlerins à aller à ces lieux de culte? Ceux-ci croient que le Bouddha leur donnera le bonheur, la chance, la sécurité et la santé pour eux- mêmes et leurs familles IV. Hypothèse de recherche : Depuis la fondation du pays jusqu’à présent, le Bouddhisme occupe une position la plus grande dans le pays et à travers des époques de l’histoire, le Bouddhisme est considéré comme la religion nationale du pays. Plus de 80% de population est adepte de cette religion. Alors, nous visons seulement notre recherche sur cette religion quoique le Vietnam ait beaucoup de religions différentes. Il est évident que le pèlerinage des bouddhistes vietnamiens augmente et que les pagodes sont construites partout. V. Structure du travail : Nous avons fait ce mémoire en trois parties. La première partie aborde les concepts du Bouddhisme. Nous examinons les opinions des pèlerins sur les lieux de culte au Vietnam dans la seconde partie. Puis nous distribuons les fiches et faisons le bilan des opinions de l’enquête des pèlerins à Ho Chi Minh ville. Après, nous cherchons le procédé pour résoudre la problématique du mémoire. Enfin, nous espérons que ce mémoire pourra servir aux touristes, et les aidera à bien comprendre la culture Vietnamienne. 5 B. CADRE THÉORIQUE 6 CHAPITRE I : CADRE THÉORIQUE I. Quelques lieux de culte présents au Vietnam : Le Vietnam est un pays multiculturel avec beaucoup de religions. Dans notre mémoire, nous cherchons à comprendre les autres religions et faisons des recherches pour le Bouddhisme. La pagode est lieu de culte des Bouddhistes tandis que les temples, les maisons communales sont des lieux de cultes pour les croyances populaires. La fréquentation dans ces lieux de culte devient des activités culturelles habituelles des vietnamiens c’est aussi la tradition, la mentalité du peuple et aussi l’âme du peuple. C’est à cette culture particulière que les vietnamiens sont toujours fiers de leur pays, qu’ils ont le devoir de protéger et de continuer à maintenir le patriotisme. Ces activités culturelles se justifient par des tours de pèlerinages pour que tout le monde, à l’intérieure et à l’extérieure du pays découvre la culture et la civilisation du Vietnam. Ce culte est une manière individuelle pour exprimer la vénération aux ancêtres ou aux génies. Ce culte se déroule non seulement dans les pagodes, les temples, les maisons communales mais il existe encore dans chaque famille vietnamienne. Pour mieux connaître ces lieux de culte au Vietnam, permettez-nous de présenter ces cultes avec leur définition suivante : Le « Đình » (La maison communale) Au Moyen-âge, le Đình était un relais où le roi et les mandarins se reposaient au cours de leurs tournées. Par la suite, le Đình est devenu la maison communale dédiée au génie tutélaire. Il est à la fois le temple où l’on fait des sacrifices, le lieu de réunion où les notables traitent des affaires communales, l’école où les enfants apprennent à lire et à écrire, l’endroit où s’assemblent les habitants de la commune pour célébrer les fêtes et assister aux divertissements populaires. (HỮU Ngọc, 1997 : 237) 7 Le « Phủ » correspond aux temples taoïstes. Ce sont des édifices de culte public, construits le plus souvent en l’honneur d’un héros ou d’un génie bienfaiteur du village ou du quartier. (ibid.). Le « Miếu » est un temple dédié à un génie, mais on rencontre encore deux types de temples. Le Văn Miếu dédie au Confucius dans les grandes villes. Le Võ Miếu est le temple dédié à la mémoire d’un mandarin militaire. (ibid.). Le « Điện » ou « Phủ » est une sorte de temple dans le village vietnamien pour le culte populaire pseudo – taoïste des esprits et des immortels. (HỮU Ngọc, 2007 : 755) La « Chùa » (Pagode), réservée au culte bouddhique, blottie derrière ses arbres séculaires, est protégée par une enceinte. Elle comprend un édifice central et plusieurs dépendances. On y accède par un portique à trois entrées (avec clocher) précédant une large cour.(ibid.) Le « Đền » (Le temple) Le Đền correspond aux temples taoïstes. C’est un édifice de culte public, construit le plus souvent en l’honneur d’un héros ou d’un génie bienfaiteur du village ou du quartier. Dans certains villages, le Đền sert du culte du génie tutélaire. (JIKA, 1991: 71). Le « Am » (Le pagodon), petite pagode (DICTIONNAIRE UNIVERSEL FRANCOPHONE, 1997 : 919, Hachette) Le tourisme religieux n’est pas simple à définir puisqu’il englobe plusieurs formes de voyage. Dans son sens large, il s’agit de voyages dont le but est la visite de lieux, de bâtiments dits sacrés ou saints. Toutefois, le tourisme religieux s’est divisé en plusieurs segments et la plupart d’entre eux semblent prendre de l’ampleur, quoiqu’il s’avère difficile d’en évaluer la taille exacte.(Vincent AUBRY, WWW.VEILLETOURISME.CA, 2008). 8 Le pèlerinage est un voyage réalisé dans le but de faire les dévotions (MICROSOFT ENCARTA, 2009). Bouddhiste est adepte du Bouddhisme (MICROSOFT ENCARTA, 2009). I.1. Le tourisme religieux et les religions au Vietnam : Les religions ont été introduites au Vietnam pendant le processus de l’histoire. La qualité de chaque religion exprime la croyance des Vietnamiens. Les religions populaires sont le Bouddhisme, le Confucianisme, le Taoïsme, le Christianisme, le Caodaïsme….Le culte est une coutume traditionnelle des vietnamiens qui ont aussi une autre sorte de culte aux ancêtres. Cette sorte n’est pas une religion parce qu’elle n’a pas le dogme comme les autres religions. Le culte des ancêtres se présente dans chaque famille vietnamienne pour que les générations postérieures se commémorent les grands mérites de leurs ancêtres. La plupart des Vietnamiens font du culte aux ancêtres avec la foi que leurs ancêtres les protègent. On expose des offrandes sur l’autel pour faire du culte à la maison pendant l’anniversaire de décès et les autres fêtes. Les gens s’intéressent souvent au tourisme religieux, qui présente des tours de pèlerinage pour visiter les lieux de culte dans toutes les régions du Vietnam ou dans les autres pays. Les touristes aiment découvrir les religions et leurs influences. Le Bouddhisme est une grande religion du Vietnam et du Monde. Dans ces pèlerinages du Bouddhisme, on exprime sa foi en libérant les oiseaux, les poissons, pour éviter de tuer les êtres vivants parce que le Bouddhisme interdit de les tuer. Cette forme de tourisme est organisée par les agences de voyage en coordonnant avec la visite d’autres sites touristiques. Le Vietnam reconnaît un grand nombre de la population qui est Bouddhiste ou qui a tendance influencée par le Bouddhisme, plus de 6 millions Catholiques et le reste répartissant dans d’autres religions. La pagode, le lieu de culte typique du Bouddhisme, vénère Bouddha. Le Catholicisme fait du culte à l’église, le lieu de culte populaire des chrétiens. Les autres religions ont leur lieu de culte. On rencontre beaucoup de temples, de pagodes dans les 9 provinces ou les villes du Vietnam tels que les anciennes pagodes Giác Lâm, Vĩnh Nghiêm à Ho Chi Minh ville, Tràng Tiền à la province de Tiền Giang, la pagode au Pilier Unique à Hanoi…Ce sont les lieux de culte qu’on aime visiter le plus. À la faveur de la position géographique, la culture vietnamienne est le résultat de phénomène d’acculturation, de multiples influences culturelles par venant de l’Inde, de la Chine, des pays Occidentaux. Les Indiens sont venus au Vietnam pour faire le commerce par la voie maritime. L’influence de la culture de l’Inde se présente clairement dans la culture Chăm, en particulier le Brahmanisme. Cette religion a des tours où les Chams font du culte dans les provinces du centre du Vietnam. Notre famille est Bouddhiste. Nous avons les autels pour le Bouddha et les ancêtres à la maison. Je vais à la pagode le premier et le quinzième jour du mois lunaire, pendant les fêtes de Bouddhisme. Je suit un régime végétarien aux jours de culte du mois. I.2. Les lieux de culte : đền (temple), miếu (temple), đình (maison communale), am (pagodon). Les lieux de culte populaire sont la maison communale, le temple, le pagodon. L’architecture de ces lieux est plus petite que les pagodes. Nous n’avons pas un nombre total exact sur tous les lieux de culte du pays et nous choisissons seulement quelques anciens lieux pour illustrer des lieux de culte. La maison communale se construit au début du village où les habitants font du culte aux génies tutélaires et aux fondateurs du village et où on organise des réunions pour discuter des problèmes importants dans le travail et la vie quotidienne. Les villageois célèbrent des cérémonies de culte aux jours fériés du village avec des jeux populaires, des chansons traditionnelles. Ils prient la paix, la chance, la bonne santé, la prospérité et les bonnes récoltes pour les membres de chaque famille et pour tous les habitants du village. Dans chaque village, on trouve un banian et le puits sur la place de la maison communale. Ces images représentent le symbole typique traditionnel du village vietnamien. Elles se sont enracinées dans 10 l’esprit et le sentiment de chaque vietnamien, qui, où qu’il vive, se souvient souvent de ces images symboliques. La maison communale Bình Đông : La maison communale Bình Đông se situe dans le 8è arrondissement de Ho Chi Minh ville sur un îlot isolé, entouré d’une rivière et nous pouvons la visiter en bateau et barque. Elle a été construite en 1853 et restaurée en 1922. Elle porte l’architecture du Sud avec le toit rouge en tuiles et les grands piliers en bois. C’est un monument ancien et elle a une grande valeur historique. En 1920, l’ancien président Tôn Đức Thắng a créé le Syndicat Rouge avec les ouvriers pour lutter contre les envahisseurs français dans cette région. Les documents importants de sur la doctrine de karl Marx se sont cachés secrètement dans cette maison communale, dans laquelle on réserve une petite pièce pour exposer les photos et la statue du président Tôn Đức Thắng. La maison communale Bình Đông a été classée comme patrimoine historique en 1997 par le Ministère de la Culture vietnamienne. En 2012, ce lieu est devenu site touristique fluvial que beaucoup de touristes ou de pèlerins fréquentent de plus en plus surtout aux jours de culte au début et à la moitié du mois lunaire. Les autres maisons communales typiques du Vietnam sont Minh Hương Gia Thạnh (Hồ Chí Minh ville), Châu Phú (An Giang), Bình Thủy (Cần Thơ), Nam Thanh (Huế)…. Le temple se connaît comme un ouvrage de culte des héros, des génies bienfaiteurs du village ou d’une région. On y organise annuellement des fêtes de 11 commémoration avec la participation de beaucoup de villageois et de touristes pèlerins. On y apporte, dans ces fêtes, des offrandes qui se composent des fleurs, des fruits, des gâteaux, des porcs rôtis, du riz gluant,… Au Vietnam, nous appelons le Đền et le Miếu avec la signification « le temple » en français. Le temple Thiên Hậu : (le temple de la Dame Céleste) Ce temple se situe dans le 1er arrondissement de Ho Chi Minh ville. Le temple a été construit en 1760 par les résidents Chinois pour faire du culte à la Dame Céleste. Il a été classé comme vestige architectural national le 7 janvier 1993. Chaque année, au 23 mars du mois lunaire, on fête l’anniversaire de la Dame Céleste. Les fidèles mettent la statue de Dame Thien Hau sur une chaise à porteur et la porte à travers les rues autour du temple. Dans le temple, on organise la danse de licorne et de dragon. On a élargi ce temple dans les fois de restauration avec trois travées où l’on place les statues d’autres génies. Actuellement, ce temple joue un rôle très important pour les résidents Chinois, les vietnamiens et attire beaucoup de touristes étrangers. Nous avons environ une dizaine de temples de la dame Céleste à Ho Chi Minh ville. Le temple (le Đền) des rois Hùng : 12 Ce temple se trouve dans le 1er arrondissement de Ho Chi Minh ville. Cet édifice a été construit depuis longtemps et a été restauré en 1960. Les vietnamiens font du culte aux rois Hùng, les héros du Vietnam comme Trần Hưng Ðạo, Lê Lợi, Quang Trung. Il porte l’architecture Orientale avec des décorations des dragons et phénix sur le toit. On trouve dans ce temple des images et d’anciens objets depuis la période des rois Hùng. Le dixième jour du troisième mois lunaire de chaque année est le jour de mémoire des rois Hùng et les gens préparent des gâteaux Chưng, Dày, des fruits et fleurs pour rendre le culte aux rois Hùng. Nous avons six temples des rois Hùng à Ho Chi Minh ville. Le temple principal des rois Hùng à la province Phú Thọ a été classé comme patrimoine national de culte par l’UNESCO en 2012. Alors, tous ces temples sont des sites historiques pour attirer les touristes, les pèlerins à l’intérieure et à l’extérieure du pays. La petite pagode s’appelle pagodon où on fait du culte des âmes errantes. Il est fondé généralement par un bonze ou une bonzesse pour faire du culte des âmes errantes d’après la croyance populaire. Au Vietnam, nous ne trouvons pas beaucoup de pagodons parce que la plupart des lieux de culte sont consacrés aux pagodes et à d’autres lieux de culte publics. II. La pagode et le Bouddhisme : Le Bouddhisme est fondé en Inde environ au 5è siècle avant J.C. par le prince Sidharta Gautama qui a vu la vie malheureuse des indiens puis il a quitté sa famille royale pour entrer à la vie religieuse. Il atteignait le Nirvana et devenait le Bouddha Çakya Muni en fondant le Bouddhisme pour sauver tous les êtres vivants. Cette religion comprend deux grandes écoles le petit véhicule et le grand véhicule. Le petit véhicule s’appelle école du Sud, on vénère au Bouddha et les Arhats et ces bonzes portent la tunique avec le jaune safran. On indique l’Arhat qui prend conscience sur le dogme du Bouddhisme et il entre dans la religion avec Bouddha. Le grand véhicule s’appelle école du Nord, on vénère principalement au Bouddha et ces bonzes prennent végétarien. En outre, on fait le culte à Bodhisattva (Quan Thế 13 Âm Bồ Tát) en vietnamien, la mère de tout le monde, elle protège les petits enfants et toutes les personnes. Les vietnamiens croient l’existance de toutes les divinités et on rend le culte au Bouddha, aux Arhats, à Bodhisattva et aux génies comme l’Empereur de Jade, le génie du Sol, le génie de la richesse,… dans les pagodes. Le Bouddhisme a existé depuis la période des seigneurs et des rois du Vietnam. Les rois demandent de construire beaucoup de pagodes dans tout le pays avec le regard subtil des artistes et les anciennes pagodes rassemblent au Nord à cause de l’exploitation de nouvelles régions des rois du Nord au Sud. Les pagodes au Centre et au Sud sont modernes mais on a d’anciennes pagodes très célèbres. On consulte dans le document de la communion du Bouddhisme et il y a environ 663 pagodes dans les arrondissements de Ho Chi Minh ville. La plupart des pagodes appartiennent au grand véhicule et plus de quinze pagodes du petit véhicule. L’architecture des pagodes se construit en bois avec la décoration de dragons, phénix, fleur, et porte la nuance de l’Est avec le toit yin-yang. Les statues en bois se gravent ingénieusement en exprimant l’émotion de l’homme et les gens viennent à la pagode avec la sincérité du cœur et prient la tranquillité. On a des influences de la culture chinoise, c’est pourquoi, la façon de culte et l’architecture des pagodes ont des caractéristiques de la Chine. En outre, Le Vietnam comprend plus de 54 ethnies, les Khmers suivent le petit véhicule du Bouddhisme et ces pagodes vénèrent seulement au Bouddha Sakyamuni. Mais l’architecture porte des points plus différents que l’architecture des pagodes des Kinh avec les statues des génies naturels : le serpent Naga, l’oiseau Garuda,….Nous choisissons quelques anciennes pagodes au Sud pour montrer les points distingués à attirer les touristes pèlerins. 14 La pagode Giác Lâm : Située au numéro 118, rue Lạc Long Quân, arrondissement Tân Bình, une des plus anciennes pagodes de Ho Chi Minh ville. Elle est ouverte tous les jours de 6h à 21h. La pagode Giac Lam a été construite en 1744. On l’appelle aussi Pagode Cam Son ou Cam Dem. Des travaux de restauration ont été réalisés pendant six ans de 1798 à 1804. Au point de vue historique, architectural et culturel, la pagode Giác Lâm fait partie des anciennes pagodes typiques du grand véhicule du Sud avec le sanctuaire principal qui porte des cultures différentes : occidentale avec des rangées de colonnes carrées ; indienne avec des lions assis, des lotus, des feuilles de bodhi ; khmère avec des têtes de naja stylisées. Les statues de la pagode marquent la première émigration des Viet. Ces statues les plus importantes sont celles des Arhats et du Sakyamuni. En 1998, elle a été classée « site historique et culturel » par le Ministère de la Culture Vietnamienne. La pagode Phước Hải : 15 Plus connue sous les noms vietnamiens de Phuoc Hai Tu et Chua Ngoc Hoang, cette pagode est construite en 1909 par la congrégation de Canton. On fait du culte à l’Empereur de Jade, au Bouddha et aux différents génies. Cette pagode de l’Empereur de Jade se trouve au numéro 73, rue Mai Thi Luu, dans le quartier de Da Kao du 1er arrondissement. Elle ouvre tous les jours de 6h à 18h. Elle se connaît comme un monument superbe, exemple de pagode chinoise, le plus spectaculaire et coloré de Ho Chi Minh ville. La pagode Candaransi : La pagode se situe dans le 3è arrondissement de Ho Chi Minh ville. Cet édifice a été construit en 1948 par les bonzes Khmers qui vivent à Ho Chi Minh ville et c’est un ouvrage typique du petit véhicule de Bouddhisme. Les Khmers viennent très peuplés à la pagode dans les jours de culte. III. La culture dans le tourisme religieux : Nous avons beaucoup de jours de culte du calendrier lunaire chaque année mais nous parlons des fêtes typiques pour organiser des pèlerinages. L’anniversaire de Bouddha a été devenu une fête populaire depuis 1958, une fête importante du Bouddhisme et plus grande du monde car les pèlerins apportent des offrandes pour faire du culte au Bouddha dans les pagodes. Cette journée a lieu au quinzième jour du quatrième mois lunaire chaque année avec les lanternes qui sont accrochées dans les maisons et dans les pagodes où des processions se déroulent dans la soirée. Les pagodes donnent des repas végétariens aux fidèles. Le dix-neuvième jour du 16 deuxième, sixième, neuvième mois lunaire est le jour de culte à Bodhisattva. On achète les fleurs de lotus pour exposer sur l’autel parce que Bodhisattva se situe sur un grand lotus. Cette fleur symbolise le chemin de faire la religieux de Bouddha avec le sens pur et élevé grâce à sa processus d’épanouissement, c’est pourquoi, l’image de tous les divinités du Bouddhisme s’asseyent sur le lotus. La fête Vu Lan se connaît comme une occasion pour exprimer des activités filialement aux parents et aux ancêtres. Cette journée a lieu le quinzième jour du septième mois lunaire et c’est une grande fête du Bouddhisme chaque année. On visite la pagode et fait du culte aux ancêtres à la maison. Les bonzes ou bonzesses font des activités de piété filiale aux Bouddha en retournant à leur pagode, où ils commencent à entrer en religion puis ils se rassemblent en groupe pour faire de la prière et sauver les âmes. Le solstice d’hiver (Đông Chí) est une fête du Têt selon les Chinois. Cette journée a été lieu le novembre du calendrier lunaire et tous les gens préparent un repas pour faire du culte aux ancêtres, au ciel, à la terre. C’est une occasion de goûter le gâteau « Trôi Nước », une boulette farcie d’un morceau de sucre et pochée dans l’eau bouillante et toutes les familles exposent ce gâteau sur l’autel. En outre, On visite les tombeaux et les cendres des ancêtres à la pagode au dernier mois de chaque année avant le Têt qui est une fête populaire pour la plupart des pays asiatiques et les Vietnamiens font du culte aux ancêtres en organisant des fêtes et des jeux traditionnels. Le plat typique du têt Vietnamien est le « bánh chưng », gâteau carré symbolise de la terre et le « bánh dày », gâteau rond symbolise du ciel. La société Vietnamienne existe la superstition dans les activités de culte. Actuellement, on rencontre devant les pagodes, les temples,… les magasins vendent des poissons, des oiseaux, les offrandes en papier, les devins apparaissent partout. On libère les animaux en capture pour avoir de la chance mais les autres personnes saisissent et vendent encore ces animaux. On trouve des costumes, des objets en papier dans les marchés, dans les boutiques devant les lieux de cultes avec de 17 différents prix pour chaque type d’objets car on pense que les génies, le Bouddha, les ancêtres peuvent vivre comme les hommes vivants en utilisant des objets en papier. Les vendeurs exploitent la confiance curieuse des pèlerins pour avoir de l’argent. Les administrations locales ont des lois pour lutter contre des fourberies mais ces fléaux existent encore. On doit créer un plan rationnel pour éliminer toutes les superstitions et pour développer le tourisme, en même temps pour protéger la culture traditionnelle du pays. En général, nous faisons du culte avec la sincérité du cœur parce que nous ne pouvons pas vivre sans foi qui nous protège dans les moments de difficultés et qui nous console dans les moments d’ennui de la vie. 18 C.ANALYSE DU CORPUS 19
- Xem thêm -